Le déconfinement progressif a été décidé pour le 11 mai.  Nous vous présentions lors d’un précédent article les exigences réglementaires à prendre en compte et les questions à se poser pour préparer sa reprise d’activité.  Le 3 mai 2020 le Gouvernement a établi  et diffusé un  protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la sécurité et la santé des salariés.

Celui-ci précise la doctrine générale de protection collective que les employeurs du secteur privé doivent mettre en place. Il complète les guides métiers   élaborés en partenariat avec les fédérations professionnelles et les partenaires sociaux.

Le protocole apporte des précisions sur :

  • les recommandations en termes de jauge par espace ouvert ;
  • la gestion des flux ;
  • les équipements de protection individuelle ;
  • les tests de dépistage ;
  • le protocole de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés ;
  • la prise de température ;
  • le nettoyage et à désinfection des locaux.

Au-delà des exigences, dans le respect des recommandations gouvernementales, comment procéder ?

Nous proposons dans cet article quelques recommandations pour une mise en place opérationnelle en vue de vous aider à préparer votre reprise d’activité.

Engagement de la direction :

Le rôle de la direction est essentiel. Son engagement est visible par un message clair sur la prévention et la protection des employés ainsi que sa volonté et sa capacité à mobiliser les énergies et les moyens correspondants.

Identifier et nommer par exemple un référent COVID-19, comme cela est préconisé par l’OPPBTP. Le référent a pour mission d’assurer le lien opérationnel entre les équipes et la direction. Il facilite la mise en œuvre opérationnelle des dispositions de prévention et de protection.

Rassurer, consulter et impliquer le personnel :

  • informer, dialoguer et rassurer régulièrement le personnel : après une période de confinement et de nombreux messages portés par les media, probablement utiles, le climat général demeure pour beaucoup anxogène. Les salariés ont besoin d’être informés des conditions d’intervention,  de l’organisation en place et des mesures de prévention et de protection qui les concernent,
  • consulter et associer les instances représentatives du personnel en amont des changements qui touchent nécessairement l’organisation et les conditions de travail,
  • favoriser la remontée d’information du terrain par le biais des causeries, 1/4heure sécurité, les réunions ou tout autre moyen.

Actualiser le document unique et passer en revue afin de faire évoluer si nécessaire les mesures de prévention pour :

  • les unités, les espaces, les temps de travail, les activités au regard des risques d’exposition au virus,
  • adapter l’organisation en vue d’éviter, de réduire les contacts physiques,
  • adapter les espaces pour conserver les distances de sécurité, aménager les open-spaces, etc,
  • organiser les flux de personnes (séparer, signaler, etc),
  • mettre en place les mesures barrières dans le respect des principes de prévention

Le protocole national de déconfinement présente les recommandations correspondantes.

Rassurer et dialoguer les sous-traitants et leurs intervenants :

  • questionner les entreprises extérieures programmées pour intervenir dans les locaux ou sur les chantiers afin de prendre connaissance des mesures de prévention et des exigences particulières qu’ils proposent,
  • informer, dialoguer et rassurer les sous-traitants, leur présenter les nouvelles exigences pour réaliser les interventions dans les locaux, les nouvelles consignes et les moyens mobilisés pour la prévention et la protection,
  • actualiser et faire actualiser les documents de prévention (analyses de risques, plans de prévention, PPSPS, …),
  • s’assurer que les intervenants disposent des moyens nécessaires (EPI, gel hydro-alcoolique, …),
  • vérifier les locaux mis à disposition (base vie, ..),
  • si nécessaire les accompagner,

Rassurer et dialoguer avec les clients :

  • s’informer des nouvelles conditions d’intervention sur leurs sites, des nouvelles exigences santé sécurité au travail, des nouvelles consignes,
  • actualiser les documents de prévention (analyses de risques, plans de prévention, PPSPS, …),
  • communiquer si nécessaire les plans de reprise d’activité pour rassurer les clients sur l’organisation et les moyens renforcés en place pour assurer les prestations.

Rassurer et dialoguer avec les autres parties intéressées :

  • Pour les chantiers par exemple, se renseigner auprès des maîtres d’ouvrages, des coordinateurs SPS des évolutions apportées et des nouvelles exigences,
  • Informer des nouvelles dispositions déployées,
  • Se renseigner auprès des agences de travail temporaire des dispositions prévues et présenter les nouvelles exigences.

Réorganiser les accueils et intégrer les nouvelles mesures de prévention et les nouvelles règles pour :

  • les nouveaux arrivants,
  • les intérimaires,
  • les sous-traitants.

Organiser le travail :

  • conserver chaque fois que possible le télétravail ou le travail à distance,
  • éviter ou limiter les déplacements à plusieurs dans le même véhicule,
  • adapter les horaires, les amplitudes horaires pour limiter le nombre de personnes dans un même espace,
  • utiliser les locaux adaptés ou les aménager pour respecter les distances de sécurité.

Suivre le déploiement des mesures de prévention et de protection :

  • adapter les audits terrain en conséquence,
  • exploiter les remontées d’information terrain,
  • intégrer le suivi du déploiement des mesures pour le déconfinement dans les réunions SSE,
  • planifier et réaliser le Retour d’Expérience (REx) correspondant.